Manifeste en faveur de la médecine de demain

la médecine de demain

par Jean Tafazzoli, Médecin et fondateur de Maquestionmedicale.fr

 

J’ai une vision pour notre santé à tous. 

Celle de pouvoir connecter les médecins à leurs patients. Celle de faire communiquer les médecins de ville avec les praticiens hospitaliers. Celle de favoriser les échanges entre les médecins et les paramédicaux. Celle du pharmacien qui travaillerait en collaboration avec ses prescripteurs.

A l’heure d’internet, de la mobilité et de la connectivité, j’ai rêvé d’outils de communication  communs et interopérables permettant de travailler n’importe où, à tout moment.

J’ai rêvé de patients qui parlent aux soignants aussi aisément que lorsqu’ils parlent à leurs amis sur les réseaux sociaux.

Et pour appuyer tout cela, de nouvelles innovations technologiques permettant d’examiner un patient et de l’opérer à distance, de partager le fruit d’un travail entre plusieurs équipes, de prendre des décisions de manière collégiale, au profit de patients qui bénéficieraient de prises en charge pluridisciplinaires de qualité.

La Santé, partout, pour tous, à tout moment.

Et ce rêve, c’est la Médecine de demain celle qui va associer la médecine clinique en ville ou en établissement de santé, les réseaux de soins, la télémédecine, la télé-expertise, la télésurveillance.

  • Cette médecine serait sécurisée. Les données de nos patients n appartiendraient qu’à nos patients, elles seraient stockées non pas par des sociétés privées de mutuelles ou d’assurances, mais par une entité liée à l’Etat. Les ordonnances seraient sécurisées et infalsifiables.
  • Cette médecine serait réellement de proximité. Les patients se feraient soigner en ligne par des médecins qu’ils peuvent rencontrer sur leur territoire. Je crois en la territorialité imposée par l’avenant 6 à la convention médicale sur la télémédecine.
  • Cette médecine serait qualitative et pluridisciplinaire. Je crois en la communication des professionnels de santé entre eux et aux bénéfices des objets connectés. Les professionnels médicaux et paramédicaux utilisant ces outils devraient tous être autorisés à exercer par l’Ordre du pays dans lequel ils interviennent.
  • Cette médecine serait protectrice. Elle doit protéger les patients et les soignants face aux nouveaux défis technologiques. Son internationalisation doit permettre à tous d’avoir accès aux soins en tirant le niveau des autres pays vers le haut et non en proposant une médecine étrangère à bas coût destinée aux patients des pays occidentaux.
  • Cette médecine ne fait pas sa publicité et ne s’ubérise pas. Mais nous devons diffuser au plus grand nombre les outils nécessaires pour y accéder. Nous devons promouvoir les nouvelles technologies et les moyens utiles pour que nos patients, où qu’ils soient et quels que soient leur revenus, nous consultent.

La santé de demain, partout, pour tous, à chaque instant, sera connectée ou ne sera pas !

 

Je consulte