Les données médicales ne concernent que le patient et son médecin

By 28 septembre 2020 Actualités
maquestionmedicale, securise, donnees, medicales

Les données médicales ne concernent que le patient et son médecin

Le succès grandissant de la téléconsultation médicale durant la crise sanitaire Covid-19 alerte sur les problématiques liées à l’utilisation des données de santé en France.

En 2020, la sécurisation des données personnelles fait partie des préoccupations principales des Français.

Toutes les informations sur nos données médicales sont précieuses et il est difficile de savoir quels acteurs parmi l’Etat, les assurances, les mutuelles, les banques, ou encore les recruteurs, pourraient à l’avenir exploiter ces informations privées.

MaQuestionMedicale répond à cette problématique dès aujourd’hui en développant, en partenariat avec les médecins et les pharmaciens, une plateforme de consultation médicale en ligne, ainsi que des outils permettant de préserver le secret médical de ses patients en ne conservant aucune donnée médicale.

Health Data Hub : Quels dangers pour le stockage de données médicales ?

Qu’est ce que le Health Data Hub ? :
C’est la plateforme des données de santé en France créée en 2019 par Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé , dans le cadre du projet de loi « Organisation et Transformation du système de santé » à la suite du rapport Cédric Villani concernant l’intelligence artificielle.

Ce Data Center a pour objectif de concentrer l’ensemble des données de santé de la population Française, provenant des pharmacies et des centres hospitaliers. Ceci doit permettre de les mettre à disposition des chercheurs, dans le cadre de projets d’intérêt public définis selon les critères de l’Institut National des Données de Santé.
Le centre de données mise également sur nos dossiers médicaux pour développer l’intelligence artificielle qui permettrait de mieux prédire les crises sanitaires, l’évolution des maladies ou encore d’établir des diagnostics plus fiables et plus précis.

L’arrivée d’un Health Data Hub interroge cependant sur la confidentialité de nos données personnelles, notamment concernant le secret médical.

Les professionnels de santé s’inquiètent de l’utilisation future de ce stockage de masse pour l’archivage et à la circulation de nos données médicales, d’autant plus s’il fait appel aux services des GAFA.

Aux Etats-Unis, l’exploitation du Big Data de la santé s’est développé auprès des secteurs privés, et permet une projection sur les pratiques possibles d’exploitation de la donnée de santé :

– par des employeurs soucieux de recruter des salariés en bonne santé,
– par les mutuelles ou les sociétés d’assurance, dans le but de moduler leurs cotisations en fonction de l’état de santé de leurs adhérents,
– par les banques qui pourraient mieux contrôler les risques sur les emprunts de leurs clients,
– ou tout simplement par le secteur marchand qui ne manque pas de ressources pour les exploiter à des fins purement commerciales.

Des pratiques qui pourraient gagner l’Europe sans une mobilisation du corps médical.


sécurisation, données, médicale, data, santé, health data

MaQuestionMedicale : la seule plateforme qui sécurise les données médicales

MaQuestionMedicale est la seule plateforme de téléconsultation en France qui ne conserve aucune donnée médicale personnelle .
Comme le Collège National de Télémédecine, MaQuestionMedicale s’est positionnée contre cette récolte incontrôlée des données médicales des patients, contraire au secret médical qui constitue un droit fondamental de notre profession.

Le site MaQuestionMedicale permet aux patients de consulter un médecin en toute confidentialité. Chaque entretien est sauvegardé durant 48H, et reste uniquement accessible par le médecin. Les données sont exportées vers le médecin à la fin de la consultation avant d’être automatiquement supprimées.

Cette plateforme, développée en partenariat avec les professionnels de santé, souhaite adopter une stratégie alternative aux dangers que représentent le stockage des données médicales des patients.

Sécurité des données